22 juillet 2024

Contre le risque de noyade, Protecthoms contrôle vos gilets de sauvetage

Contre le risque de noyade, Protecthoms contrôle vos gilets de sauvetage

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Le gilet de sauvetage est un équipement indispensable pour la sécurité des travailleurs au bord de tout point d’eau. Mais le saviez-vous ? Notre atelier de contrôle d’EPI de catégorie 3, à Château-Gontier-sur-Mayenne, est habilité à contrôler vos gilets de sauvetage Plastimo.

 

Points-clés :

  • Le gilet de sauvetage est obligatoire à bord de toutes les embarcations.
  • Le gilet de sauvetage est également nécessaire pour tout travail à proximité d’un point d’eau.
  • Utilisé en milieu professionnel, le gilet de sauvetage doit être contrôlé tous les ans par une station agréée.
  • Protecthoms réalise le contrôle de sécurité de vos gilets de sauvetage Plastimo.

 

Un gilet de sauvetage : pour faire quoi ?

Dès que l’on pose un pied sur un bateau, il faut utiliser cet équipement de sécurité incontournable. En effet, l’accident peut arriver partout et à tout moment. On constate chaque année de très nombreuses chutes à l’eau depuis un bateau. Dès lors, emporter gilet de sauvetage est obligatoire sur toute embarcation. Légalement, il en faut au moins 1 par personne à son bord.

Quelles obligations pour le gilet de sauvetage ?

Deux types de réglementations cadrent l’utilisation des gilets de sauvetage :

  • Usage en loisir : contrôle tous les deux ans ;
  • Usage en milieu professionnel : contrôle tous les ans (en tant qu’EPI de catégorie 3 au regard du code du travail).

Votre gilet de sauvetage utilisé en milieu professionnel doit donc être contrôlé tous les ans dans une station de révision agréée, comme Protecthoms.

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Mais plus que sur un bateau, un gilet de sauvetage est nécessaire dans de nombreuses autres situations professionnelles. Donnons quelques exemples. Pour les collectivités, leurs agents peuvent travailler autour du réseau d’assaisonnement, au bord d‘un bassin de rétention, sur un point d’eau (comme un étang), sur un cours d’eau (rivière ou fleuve). De nombreuses activités industrielles en nécessitent également. Par exemple l’éolien, en mer. Autre cas, en carrières où l’eau est partout, presque à tous les postes de travail. Dans l’industrie pétrolière, les agents sur les bateaux pétroliers ont besoin de s’équiper contre le risque de chute par-dessus bord. Dernier exemple, les artificiers tirent souvent leurs feux depuis une barge, sur l’eau.

Différents types de gilet de sauvetage

On peut distinguer les gilets selon deux grands critères : leur flottabilité et la matière utilisée. Les différents types de gilet répondent à des normes particulières. Ils présentent chacun des avantages et des inconvénients.

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Exprimée en Newton, la flottabilité renseigne la capacité à faire flotter une personne. On trouvera des gilets de 50 N, 100 N, 150 N et 275 N. Plus l’indice est élevé, plus le gilet de sauvetage aide à flotter. Cependant, les gilets 50 N ne proposent qu’une aide à la flottabilité. Dès qu’on s’éloigne d’un abri ou d’une côte, il est impératif de choisir un gilet de 100 N, 150 N ou 275 N.

Les bouées ou gilets de sauvetage en mousse ont l’avantage de proposer une flottabilité permanente si l’on tombe dans l’eau. La mousse offre d’ailleurs une protection contre les chocs et protège du vent. Ils sont faciles à entretenir et coûtent souvent moins cher qu’un gilet gonflable. Mais ils sont encombrants à porter. Les gilets de sauvetage gonflables sont disponibles en 100 N, 150 N, 165 N et 275 N. Ceux-ci peuvent avoir comme mode de percussion un gonflage manuel ou automatique. Pour les premiers, il suffit de tirer sur une poignée pour libérer le gaz de la cartouche. Pour les seconds, ils se déclenchent dès le contact de l’eau.*

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Le conseil de David Gaubert, contrôleur d’EPI de catégorie 3 chez Protecthoms : « J’alerte sur le fait qu’un gilet de sauvetage de 50 N ne permet pas un dégagement des voies aériennes si la personne est inconsciente. À l’inverse, un 100 N, 150 N ou 165 N se révèlera bien plus efficace si la personne chute inconsciente. Ainsi les gilets de sauvetage gonflables permettent de retourner automatiquement la victime tombée à l’eau. C’est ce que nous vous recommandons. »

Contrôlez vos gilets de sauvetage Plastimo avec Protecthoms

Chez Protecthoms, nous avons choisi comme partenaire un fabricant expert de son métier : Plastimo. De la sorte, c’est une des marques leader de son marché des gilets de sauvetage.

À propos de Plastimo

Marque emblématique de la plaisance, Plastimo accompagne les navigateurs et les professionnels du nautisme sur toutes les eaux du globe. Si les compas, gilets de sauvetage et radeaux de survie ont construit la réputation de la marque, les gammes incluent également les équipements de pont, mouillage et confort à bord.

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

En tout, ce sont 11 000 produits qui ont en commun les valeurs fondamentales devenues de véritables points cardinaux pour l’équipage Plastimo : la sécurité, l’ergonomie et le service au professionnel.

À l’image du contrôle de vos masques respiratoires (voir par ailleurs), notre atelier de contrôle d’EPI de catégorie 3 prend en charge vos gilets de sauvetage Plastimo. En effet, Protecthoms est une station de révision agréée par Plastimo. Ainsi, depuis 2019, nous sommes habilités à réaliser en interne ces contrôles de sécurité**.

Quel contrôle du gilet de sauvetage Plastimo par Protecthoms ?

En résumé, comment se déroule un contrôle de sécurité d’un gilet de sauvetage gonflable Plastimo par nos opérateurs dans nos ateliers intégrés ?

  1. Contrôle visuel. Tous les éléments du gilet de sauvetage Plastimo sont-ils présents ? Par exemple vérification des bandes rétroréfléchissantes.
  2. Test de tenue à la pression (étanchéité). La vessie doit tenir gonflée pendant au moins 6 heures.
  3. Contrôle de la cartouche. Par exemple, contrôle du poids de la bouteille de CO2.
  4. Contrôle du système de déclenchement. Notamment vérification de la date de péremption de la cartouche hydrosoluble.
  5. Test des différents éléments. Par exemple test du sifflet, test du tube buccal de gonflage d’appoint.
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Si tous les points de contrôle donnent satisfaction, le gilet de sauvetage Plastimo réussit l’épreuve, il est enfin reconditionné. Nos opérateurs attestent de la vérification de celui-ci d’un coup de tampon marquant notre numéro unique de station agréée. En complément, un rapport de révision complet est fourni pour chaque gilet de sauvetage contrôlé. Par ailleurs, nous vous recommandons de stocker votre gilet de sauvetage gonflable Plastimo au sec (hors humidité), par exemple dans une boîte hermétique.

 

À propos de notre service de contrôle d’EPI de catégorie 3

Le contrôle d’EPI (équipements de protection individuelle) de catégorie 3 est un service associé aux produits premiums accessibles du catalogue Protecthoms. Notre atelier est intégré au sein de notre siège social de Château-Gontier-sur-Mayenne (53).

Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !
Photo illustration : Faites contrôler vos gilets de sauvetage avec Protecthoms !

Nos techniciens sont formés pour assurer le contrôle sur banc d’essai et la maintenance de vos produits de protection respiratoire (masque respiratoire, Fit Test), matériel anti-chute (harnais de sécurité, corde de sécurité), défibrillateur automatisé externe, gilet de sauvetage, et autres vêtements professionnels de catégorie 3 comme par exemple les gants électricien

 

* Contactez nos experts en matériel de flottaison pour en savoir plus sur les modes de percussion pour les gilets de sauvetage : gonflage manuel, gonflage automatique voire gonflage hydrostatique Hammar.

** Pour les autres marques de gilets de sauvetages (hors Plastimo), contactez nos ateliers de contrôle d’EPI de catégorie 3.


Sources : Protecthoms (ateliers de contrôle d’EPI de catégorie 3), Plastimo

Crédits : Protecthoms

Publié par Mathis Nouvel